Retour aux articles

Alain Guay : Je croyais que ce n’était pas pour moi!

 

Je suis un homme d’affaires passionné et engagé dans sa communauté qui a toujours eu à cœur le succès de son entreprise ainsi que le bien-être de ses employés et de la population. Mais voilà qu’à l’été 2017, la vie m’a rattrapé. Mon cœur commence à me jouer des tours. J’ai l’impression que mon rythme cardiaque s’emballe et devient irrégulier. Je ressens des étourdissements au repos et à l’effort. Cette situation m’angoisse et me rend anxieux, mais je me dis que mes symptômes sont justement reliés à de l’angoisse et à mon rythme de vie spécial d’entrepreneur. Comme ça ne passe pas, j’en parle à mon médecin qui m’envoie passer un Cardiostat.

Je me rappellerai toujours de l’appel de mon médecin alors que j’étais à mon chalet en famille… nous devions partir en Floride 3 jours plus tard pour du repos. « M. Guay, vous ne pouvez pas partir car vous faites beaucoup de fibrillation auriculaire… » Ces mots résonnent dans ma tête. Je ne peux pas y croire. Ça ne peut pas m’arriver à moi! J’ai 53 ans, je suis en forme et je prends soin de ma santé sauf que j’ai peut-être sous-estimé le stress des années et ce qui m’arrive me frappe solidement!

Je suis référé à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie – Université Laval où je suis rapidement pris en charge. Je rencontre le Dr Blier qui prend le temps de m’informer sur ma pathologie et me prescrit une médication pour stabiliser la situation. Mon état de santé me rend nerveux. Je discute de toutes les options avec mon médecin, lui et moi, nous prenons la décision de réaliser une intervention au cœur pour corriger le problème. Trois mois plus tard, je subis avec succès cette dernière en électrophysiologie par le Dr Jean Champagne, afin de procéder à l’ablation des vaisseaux défectueux au cœur.  

Aujourd’hui je vais très bien. Cette mésaventure de santé m’a permis de remettre les choses en perspective et de faire une bonne introspection. Mon court passage à l’Institut m’a permis de constater le haut degré de connaissances et la grande expertise des médecins qui œuvrent dans ce centre hospitalier de Québec.

Je suis très reconnaissant des soins reçus à l’Institut et c’est pourquoi j’ai fait un don personnel de 5 000 $ en cardiologie en 2018. Avec la situation que nous vivons actuellement, j’ai pris la décision de faire à nouveau un don personnel de 5 000 $ pour soutenir les soins à l’Institut. Je songe même à en faire une tradition car je sais que l’aide financière peut faire une différence dans les causes reliées à la santé. Merci de soutenir la Fondation IUCPQ, merci de donner, chaque geste compte.

 

Alain Guay

Président-directeur général

Caron & Guay - Portes et fenêtres