Retour aux articles

Ambassadeur du coeur : Joane Grenier - greffée du coeur

Je n'ai jamais songé à lâcher! 

 

J’ai toujours été une femme active. J’ai l’habitude de faire du sport, de m’entraîner, de prendre de longues marches en fin de journée. Je suis normale. Le 26 février 2007, toute ma vie bascule alors qu’une simple chirurgie pour une hystérectomie révèle une faiblesse cachée. J’ai des complications reliées à mon cœur pendant l’opération.

Au fil des semaines suivant mon opération, ma forme physique se dégrade. C’est devenu pour moi un défi de sortir du lit et d’aller travailler. J’ai le souffle court. J’évite à tout prix les escaliers et les pentes, car c’est trop difficile pour moi. Suite à plusieurs examens, on m’apprend que mon cœur est atteint d’une cardiomyopathie virale.

C’est le début d’une longue série d’épreuves et de complications reliées à ma condition. Je fais de l’accumulation d’eau sur mes poumons, si bien que les essoufflements sont de pire en pire, on m’installe un défibrillateur cardiaque, mais sans succès. Mon état se dégrade toujours. À l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, on envisage une greffe cardiaque. Je suis sous le choc! Ma vie s'effondre. Je regarde le vide, les médecins me parle, mais je n’entends rien. La seule chose que j’ai en tête est cette question : Comment vais-je annoncer cette nouvelle à mes filles?

On m’installe un cœur mécanique le 3 janvier 2013, en attendant de trouver un donneur pour la greffe. Sans cette intervention, je n’ai selon mon médecin que cinq semaines avant que mon cœur ne flanche...Malheureusement, un an plus tard, je fais un AVC et une infection à l'enveloppe du cœur mécanique. Je suis dévastée! Le Dr Charbonneau doit m’opérer deux fois par semaine pendant trois semaines pour réussir à contenir l’infection et la maîtriser. Je devins la première priorité au Canada pour un coeur.

Le 9 avril 2014, je reçois l’appel tant attendu. Un mélange d’émotions m’habite. La greffe est très difficile. Mon nouveau cœur a du mal à reprendre ses battements et je subis de très grosses hémorragies. J’ai 50% de chances de m’en sortir vivante. Le travail acharné de l’équipe du Dr Carbonneau, le support de mes proches et une force que j’ai en dedans me permette de basculer du bon côté de la chance… Ça a été un très long chemin pour arriver ou j’en suis aujourd'hui. Malgré toutes ces épreuves, je n'ai jamais songé à lâcher!

Je ne saurais assez comment remercier toute l’équipe de l’Institut qui a pris soin de moi, et plus particulièrement Dr Charbonneau qui m’a sauvé la vie à plusieurs reprises. Je réalise à quel point j’ai été entre de bonnes mains avec cette équipe d’experts autour de moi. J’ai reçu des soins exceptionnels et aujourd’hui c’est à mon tour de redonner à cet Institut. Merci d’appuyer la Fondation IUCPQ afin de soutenir la recherche et l’achat d’équipements de pointe!

Je surpasserai tous les défis devant moi.

Je suis une battante, je redeviendrai la femme active que j’étais.

Je suis Joane Grenier, et je suis une greffée du cœur.