Retour aux articles

Je suis rendu au plus beau de l'histoire, René Munger

Lorsque j'ai été admis à l'IUCPQ-UL en 2009, j’étais affaibli et en détresse respiratoire. Tous les gestes du quotidien s’avéraient presque impossibles pour moi. À titre d’exemple, prendre une simple douche me demandait des efforts très importants et je devais prendre plusieurs minutes entre chaque mouvement pour me reposer et reprendre mon souffle.

Mon emphysème était rendu à un stade sévère. Toutes les options ont été envisagées, même la greffe de poumon. Dr François Maltais, pneumologue, m’a informé qu’une nouvelle technologie était sur le point d’être disponible pour un essai clinique, que je devais patienter quelques mois. Cette nouvelle technique permettrait de traiter l’emphysème par voie endobronchique, c’est-à-dire sans chirurgie. Par contre, pour y avoir accès, je devais cesser de fumer, avoir une tolérance acceptable à l’effort et être prêt à faire de l’activité physique. J’ai pris les moyens qu’il fallait pour répondre aux conditions.

En 2013, j’ai été le premier au Canada à bénéficier d'un nouveau traitement qui consistait à introduire des implants à l'intérieur de mes poumons. Ce traitement a été pour moi une libération! En 2013, j’étais incapable de marcher sur une distance de plus de 6 m ... En 2015, j’ai réussi à parcourir 50 km dans le cadre du Cyclo-Défi de Québec! Accompagné par mon pneumologue traitant, Dr François Maltais, et par mon infirmière, Mme Josée Picard, j’ai commencé, avec le Cyclo-Défi de Québec, une nouvelle vie!

Je me sens renaître et je compte bien pédaler 100 km lors du Cyclo-Défi de Québec cette année avec mon infirmière et mon pneumologue mais également avec deux autres pneumologues qui embarquent dans l'aventure: les Drs Antoine Delage et Simon Martel!

Merci de m'encourager en faisant un don à la Fondation

René Munger, patient souffrant d’emphysème sévère