Retour aux articles

Marylène Sacy Reeves, « Un accueil et des soins qui font la différence »

 

Un accueil et des soins qui font la différence…

Un jeudi du mois de novembre 2013, je consulte mon médecin de famille pour une sinusite. Ce dernier m’envoie passer une radiographie des sinus et des poumons, pour un simple examen de routine. Le lendemain en fin de journée, je reçois un appel de mon médecin qui m’annonce que j’ai un cancer du poumon et qu’il transfère mon dossier immédiatement à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec-Université Laval. Je suis anéantie, j’ai un blackout. Ce n’est pas possible, je suis en pleine forme, je suis active,  je nage tous les matins et je marche 1 heure à tous les jours! Je vis une fin de semaine épouvantable à me poser toutes sortes de questions et à imaginer le pire. Le lundi suivant, je passe un scan dans une clinique privée où l’on me confirme que j’ai un ganglion atteint. C’est le choc…

Deux jours plus tard, je reçois un appel de l’Institut et je suis prise en charge rapidement. Je passe une série de tests qui s'étalent sur près de 2 mois afin de savoir si je peux être opérée. Finalement, on m'annonce que je dois subir 2 séances de chimiothérapie très difficiles pour tenter de tuer le ganglion si je veux pouvoir être opérée. Je n’ai que de bons mots pour le personnel m’ayant suivi pendant ces 2 traitements, mon infirmière et les pharmaciens présents étaient extraordinaires et très humains. Je passe au travers de cette épreuve et suite à un scan, on m’annonce une mauvaise nouvelle : le ganglion a grossi et l’opération est incertaine et plutôt risquée... je suis au désespoir.

C’est alors que je rencontre la chirurgienne Paula Ugalde. Elle me prend dans ses bras et me dit qu’elle va m’opérer. Mon espoir renaît. Je subis ma chirurgie en mars 2014. Avant l'opération, Dre Ugalde dit à mon mari « si vous n’avez pas de mes nouvelles d’ici 30-45 minutes, c’est signe que tout va bien ». L’opération qui devait durer trois heures trente a durée finalement huit heures, mais elle fut un succès considérant le degré risqué de celle-ci. Quelques jours après l'opération, j’apprends que mon cas est tellement particulier que Dre Ugalde comptait présenter mon histoire lors d’un congrès au Brésil quelques jours plus tard. Je passe une semaine à l’Institut avant d’entreprendre 16 semaines de chimiothérapie pour s’assurer que je n’ai pas d’autres cellules cancéreuses.

Je suis maintenant en pleine forme et je remercie la vie d’avoir la chance de voir grandir mes enfants et mes petits-enfants. Je remercie le personnel de l’Institut pour tous les soins reçus, pour leur gentillesse, leur soutien, leur humanité et leur délicatesse. Je remercie plus particulièrement Brigitte, mon infirmière pivot, qui a été d’un grand secours… Elle a été mon ange gardien! Je remercie aussi Dre Ugalde pour avoir eu l’audace de m’opérer; grâce à elle, je respire de bonheur aujourd’hui!

Merci de soutenir l’Institut, merci de donner à la Fondation et d’investir dans la recherche afin de réaliser des avancées technologiques dans les soins prodigués aux patients…comme moi !

 

Marylène Sacy Reeves