Retour aux articles

Richard Biron - un passionné de vélo miraculé

Merci, merci et encore merci de m’avoir donné une deuxième vie!

 

Bonjour, mon nom est Richard Biron, j'ai 63 ans, je suis un passionné de vélo et je suis un miraculé. En effet, la vie a été bonne pour moi en septembre 2016.

L'été dernier, après avoir roulé 4 000 km de vélo et participé notamment à un triathlon olympique en équipe, à la boucle du Grand défi Pierre Lavoie et à la Tournée des vainqueurs, je pars un dimanche matin pour un petit 50 km de vélo. Après 5 km, j'éprouve un léger brulement dans ma trachée en respirant. Il fait 15 degrés, alors je me dis que c’est probablement du à l'air plus frais. Je diminue un peu ma vitesse et les malaises disparaissent puis ça recommence lorsque j'augmente à nouveau ma vitesse. Le lendemain, je consulte mon médecin de famille qui me prend un rendez-vous pour un électrocardiogramme avec effort, à l'hôpital de Montmagny, où je demeure. Deux jours plus tard, les résultats de l'électro indiquent un blocage à 70% d'une artère coronaire. J'étais complètement désemparé. Comment moi, un sportif et soucieux de son alimentation, en suis-je rendu là? Je décide donc d'aller passer une coronarographie à l'IUCPQ. Quatre semaines plus tard, j'ai mon rendez-vous.

 Je suis admis au centre de soins de jour de l'IUCPQ le 24 novembre 2016.    Je suis pris en charge de manière extraordinaire. Puis, je rencontre le Dr   Louis Roy qui procède alors à la coronarographie, et diagnostique  rapidement le blocage d'une artère coronaire à 90%. Avec mon accord, il  m’installe un tuteur médicamenteux pour enlever le blocage, le tout,  éveillé et en discutant avec lui. Un seul mot à dire : WOW. Je suis ébahi de  constater où en est rendue la technologie. Par la suite, de retour sur ma  civière, le Dr Roy revient me voir pour me donner son compte-rendu. Il me montre un diagramme de mon cœur, avec les blocages, et je constate des  lignes pointillées qui relient les deux extrémités des artères côté gauche et  droit. Il me dit que ces vaisseaux collatéraux se forment quand le cœur est  mis à l'effort, surtout par le sport, pour compenser les blocages. Donc,  maintenant, j'ai plus de tuyauterie qu'avant ....Morale de cette histoire, le  sport est très bénéfique pour la santé. Une semaine plus tard, je roulais 15  km en fatbike, ma fréquence cardiaque est montée à 160 bpm à quelques  occasions, mais sans aucun problèmes. J'arrive à 3 000 km de vélo cet été,  et je me porte à merveille. Merci, merci et encore merci de m’avoir donné  une deuxième vie!

 La qualité des soins que j'ai reçus à l'IUCPQ est incroyable. De l'admission,  en passant par les préposés, infirmières, brancardiers, médecins, ils sont  d'un professionnalisme et d'une gentillesse sans égal. Je ne garde que de  bons souvenirs de mon séjour à l’Institut. 

 

 En guise de remerciements, je participe cette année au Cyclo-Défi de la Fondation  IUCPQ.  Je vous encourage à faire de même. On ne sait jamais quand nous en aurons  besoin. La  recherche, c'est très important. Donnez généreusement! Merci encore!

 

 

 

 

 

Pour encourager Richard: http://bit.ly/2uYqcP7